Chronique : Greta Van Fleet – The Battle At Garden’s Gate

The Battle At Garden's Gate - Greta Van Fleet - 2LP - Bravado

Tourner dans le monde entier, monter chaque soir sur scène et faire de nouvelles rencontres, ça change une vie. Forts de leurs nouvelles expériences et de leur ascension fulgurante, Josh, Jake, Sam et Danny se lancent dans l’écriture d’un deuxième album. Cette fois, les mots d’ordre sont liberté et créativité. Pour donner vie à ce “semi-concept album” (certains titres font partie d’une histoire, d’autres sont indépendants), ils ont fait appel au très réputé compositeur et producteur Greg Kurstin (Foo Fighters, Paul McCartney, Liam Gallagher…). Ils ont également quitté leur terre natale du Michigan pour rejoindre le berceau de la Country Music et du Rock : Nashville.

My Way, Soon est la première chanson que les garçons écrivent sur la route. Celle-ci marque assez clairement la thématique : « I’ve seen many places. There are so many places […] I’ve packed my bags and I’ve got my freedom (J’ai vu tant d’endroits. Il y a tant d’endroits […] J’ai fait mes bagages et j’ai obtenu ma liberté)« . Considéré comme une extension de l’opus précédent, Anthem of the Peaceful Army, sorti en 2018, The Battle At Garden’s Gate a une conception assez cinématographique. Josh Kiszka (ndlr chanteur du groupe), grand amateur de films, se destinait à une carrière de réalisateur avant de se lancer dans la musique. Tears Of Rain témoigne d’une passion pour les westerns et le duel au soleil prend forme sous nos yeux.

The Battle At Garden’s Gate est la bande son de ce groupe et de son ascension vers le soleil, brûlant mais éblouissant de beauté. C’est l’histoire de Greta Van Fleet gagnant leurs ailes et prenant leurs envols. La guerre peut faire rage aux portes du jardin, la montée est inéluctable et le paysage est magnifique. Les garçons comptent bien en profiter.
Dire qu’ils ont enfin trouver leur son serait un total manque de discernement. Le quatuor conserve son ADN et continue de rendre hommage à ce bon vieux Classic Rock qu’il affectionne tant ; ce Rock teinté de Blues et de Soul, qui chante la douleur mais surtout l’espoir.

Les portes s’ouvrent sur le cinématographique Heat Above. On se sent directement accueilli dans un endroit paisible et irréel. La voix de Josh Kiszka s’envole dans les airs et semble ne jamais redescendre. Le cadre est posé. Paisible, planant, on se laisse porter par le son du clavier de Sam Kiszka et les paroles poétiques : « Sorrows of the Earth, may our tears of rain wash down to bathe you. This is what life is worth when the fires still burn and rage all around (Douleurs de la terre, que tombent nos larmes de pluie pour te baigner. C’est ce que vaut la vie quand les feux brûlent encore et font rage tout autour)« .

Avec ce début d’album, on débarque en terrain connu et on compte toujours Broken Bells parmi nos titres préférés. La machine démarre pour de bon avec Built By Nations et l’histoire prend forme. Le chaos est annoncé. Il vrombit aux portes de la ville. Jake Kiszka s’amuse avec les cordes de sa SG en imitant le son d’une alarme. On reconnaît bien là le fan de Jimi Hendrix. Ce dernier était doué pour simuler ce style d’illusions sonores. Souvenez-vous de House Burning Down, en quelques riffs de guitare, on s’imaginait cette maison dévorée par les flammes.

The Battle At Garden’s Gate est un album plus audacieux que ses prédécesseurs. Il tente de faire vivre une réelle expérience à celui qui écoute, même si cela se passe sur un CD. Greta Van Fleet est un groupe bon en studio mais magistral sur scène; c’est là où la magie opère. En live, on ne parle pas de formatage pour la radio, de post-prod à excès, de censure, de structure… En tournée, c’est la pure liberté, un engrais pour la créativité. Le groupe passe à la vitesse supérieure : l’album n’est plus une vitrine de leur savoir-faire, ça devient une expérience à part entière. On retrouve ainsi de bons gros solos de guitare et de clavier ainsi que des expérimentations instrumentales et une post-production intéressantes mais non abusives. Le son ne perd pas en authenticité, bien au contraire. Lors de l’enregistrement, on a pu en autres apercevoir Jake Kiszka joué de la guitare à l’archet, une technique de jeu employé par des artistes tels que Jimmy Page (Led Zeppelin), Adrian Vandenberg (Whitesnake), Lee Mark Ranaldo (Sonic’s Youth) ou encore Skyler Skjelset (Fleet Foxes).

Après le chaos, c’est le moment de la prise de conscience, de la fin de l’innocence avec Age Of Machine. Il faudra attendre Tears Of Rain et Stardust Chords, deux des meilleurs titres de l’album, pour pouvoir enfin être apaisé et souffler un peu. On nous raconte une véritable histoire. Il y a une réelle logique de construction dans cette tracklist et l’épopée est de plus en plus intense.

Light My Love signe une très belle ballade rock, un incontournable pour tous les grands groupes de Hard Rock. Mais “no rest for the wicked”, The Barbarians nous renvoie sur le champ de bataille. Le titre offre encore un bel effet de guitare so ‘60s et alors que le combat fait rage, on débarque en plein trip psychédélique. Le voyage continue sur Trip The Light Fantastic au moment tant attendu alors que les chœurs s’élèvent chantant en langue télougou indienne.

The Battle At Garden’s Gate se conclut de la façon la plus magistrale : avec une ballade de presque 9 minutes bercée par un beau solo de guitare. Si vous avez déjà vu le groupe sur scène, vous reconnaitrez sans doute Black Flag Exposition : les riffs, la batterie, les silences… Il s’agit bien d’une nouvelle adaptation d’un des titres préférés des fans en tournée. Il se rebaptise aujourd’hui The Weight Of Dreams. Ce titre est la preuve indéniable de leur totale liberté et de la délivrance qui en découle.

Avec une telle fin, on a hâte de découvrir la suite : The Battle At Garden’s Door en live. Imaginez-vous la scène : musique planante terriblement Rock, pinte à la main, la compagnie de vos amis… On a hâte de pouvoir revivre tout ça. Vous avez du mal à visualiser ? On vous propose de vous plonger dans l’ambiance d’une tournée du groupe avec notre live report On the road with Greta Van Fleet.

Titres préférés : Tears Of Rain, Stardust Chords, The Weight Of Dreams, Broken Bells

Tracklist :

Heat Above

My Way, Soon

Broken Bells

Built by Nations

Age of Machine

Tears of Rain

Stardust Chords

Light My Love

Caravel

The Barbarians

Trip the Light Fantastic

The Weight of Dreams

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s