Chronique « Heaven Is A Place, This Is A Place » – Frank Iero And The Future Violents

Sort aujourd’hui le nouvel EP de la formation, une œuvre tout en dualité entre douleur criante et réflexion plus en douceur. Heaven Is A Place, This Is A Place regroupe de nouvelles créations mais également une reprise culte à l’histoire bien mystérieuse. Décryptage.

Frank Iero ne se reposerait donc-t-il jamais ? Si c’est plutôt (très) calme du côté de My Chemical Romance depuis un petit moment, le guitariste à plusieurs autres projets intéressant à nous proposer. Alors qu’il rejoignait une seconde fois le groupe Thursday pour concert livestream il y a quelques semaines, il nous présente ce vendredi un EP de quatre chansons. Cette œuvre fait suite au projet de 2019, Barriers.

En face A, on rencontre la face révolté du groupe avec Violence et Sewerwolf. C’est de l’énergie Punk pure et dure, puissante et brute. Frank Iero reste dans une franchise absolue et déconcertante. L’artiste se met à nu sans mâcher ses mots. La violence de ses pensées nous vient en pleine face sans détour : “You got so sick, I thought I’d die, you got so down, I couldn’t get high. » C’est cette authenticité que l’on aime chez Frank Iero. Un sans filtre qui s’applique aussi à son romantisme désespéré :  “I come alive forged in fire, My love will break these chains built from pain, they can’t hold me down”.

En face B, la réflexion s’installe. Tout d’abord avec la cover de Losing My Religion de R.E.M. (1991). Autour de cette chanson se développe une symbolique forte. En 2016, lors d’une tournée en Australie, Frank Iero et son beau frère frôlent la mort quand un bus vient percuter leur van. Ils sortiront complètement changer de ce traumatisme. Alors qu’ils essaient de retourner à une vie normale, ils commencent à entendre Losing My Religion dans des endroits totalement inhabituels dans des circonstances toujours assez étranges. Surtout lors qu’il croise la route de  Kayleigh Goldsworthy en 2017 qui partage sa passion pour R.E.M. Reprendre ce titre devient alors comme une évidence. Recorder Ender vient ensuite boucler l’album. Mélancolique et poétique, ce dernier morceau chamboule nos émotions de façon bien différente, apportant une note de douceur après le chaos.
Le calme après la tempête.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s