Chronique : Holding Absence – The Greatest Mistake Of My Life

Si tu aimes : Loathe, Being As An Ocean, Dream State, Crooks UK

Le groupe de post-hardcore gallois Holding Absence revient avec un deuxième album poétique et décapant. Grand tournant dans la vie d’un artiste, le second opus est sans doute le plus attendu, le plus cruciale dans une carrière. S’il sert souvent à confirmer une identité musicale, il se doit d’offrir ce petit plus de maturité repoussant l’ennui et le désintérêt. Le grand risque de ce challenge : se perdre en route.
Montrer l’étendu de son talent en restant fidèle à soi-même, un challenge qui semble avoir été facile à relever pour Holding Absence.

Avec The Greatest Mistake Of My Life, les garçons s’affirment musicalement. Ils jouent plus que jamais sur la dualité puissance (des émotions et de la rythmique) et douceur (des mots et de la voix). Le chant oscille entre poésie aérienne et scream déchirant. Encore une fois, leur musique s’habille d’une belle émotion brute, authentique; elle est intimiste et touchante. Holding Absence approfondissent leur amour de l’Art avec un grand « A », en offrant une œuvre très cinématographique : atmosphère romantique, photographies, concept de lyric video pour chaque titre dans l’atmosphère du photoshoot….

On retrouve tout au long de l’album le fameux triangle amour, deuil et dépendance. Emo to the extremo, dîtes-vous ? Lucas Woodland (ndlr chanteur du groupe) est un grand fan de My Chemical Romance et cela s’entend, bien au-delà des simples thématiques abordées . Ainsi dans Drugs and Love, le clin d’œil est direct : “Any kind of chemical romance, I will take with me to bed, Anything to drown out, all the voices inside my head « , alors que dans Mounrning Song “ I will never move along if this is my last chance to sing you to sleep », nous rappellent plus subtilement les mots de Gerard Way dans The Light Behind Your Eyes. A l’image de Blood,  The Greatest Mistake Of My Life vient clôture l’œuvre avec un son retro surprenant, comme diffuser sur un sonophone.

Certaines chansons semblent se répondre. C’est le cas de Celebration Song et Mourning Soung, tel le Yin et le Yang de l’album. Tout semble si naturel, apaisant, simple et en même temps si bien pensé. Challenge relevé !

Nous coups de cœur : The Mourning Song, In Circle, Nomoroses, Beyond Belief

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s