C’est bien la réalité, Queen a désormais son propre film, celui qu’il mérite. Parallèles, anecdotes, révélations sur le groupe… Sur le point de rafler de nombreux prix dans les jours à venir, on vous dit pourquoi vous devez à tout prix voir (ou revoir) Bohemian Rhapsody. There’s a kind of magic…

(Attention aux spoilers !)

Un biopic sur Freddie Mercury ? Une ode à Queen !

Si le film retrace majoritairement la vie de Freddie Mercury, elle rend surtout justice à une grande partie de la carrière du groupe et à tous ses membres. « La seule chose plus grande que sa musique, c’est son histoire. » Bohemian Rhapsody revient sur l’histoire du groupe mythique, des chansons ainsi que les relations qu’entretenaient les quatre garçons entre eux ainsi qu’avec les labels (avec quelques modifications au passage).

L’icone aimait le devant de la scène et Rami Malek, par son jeu et ses costumes flamboyants trace un portrait fidèle et étincelant du chanteur. Le film retransmet également avec justesse la surexposition de notre drama Queen préférée qui n’était pas toujours friand de toute cette attention permanente et souvent nocive pour lui même ainsi que pour les autres membres. Bohemian Rhapsody ne tombe pas dans ce piège trop peu facile. Bien qu’attribuant la place d’honneur à l’iconique Mercury, le film nous fait également découvrir un peu plus les personnalités et talents de Brian May, John Deacon et Roger Taylor, de Queen tout simplement. Une reconnaissance qu’on attendez de pieds fermes.

Jamais sans Brian May et Roger Taylor

View this post on Instagram

This clip is stolen from @bryanjaysinger, who was evidently filming it on his iPhone. When the BR team were shooting this scene, I happened to be around, so Gwil invited me to have a go ! How did I do, folks ? Well, obviously not quite as good as Gwil ! He’s a trained artist ! 😊 We had too much fun ! I’d like to see the rest of what happened, captured by the film cameras which were still rolling … some day. In case you’re wondering why this solo doesn’t sound like the ‘out-take’ solo in the film, I only had the idea to make that happen later, when we were polishing the soundtrack. In any case, we wouldn’t have had the facilities to do that on the day of the shoot. In the film, you hear a variant take on the Bo Rhap solo which just MIGHT have been the one previous to the final one which made it onto the record! Might ! That’s if it hadn’t been a genius first-take keeper. Ha ha ! I honestly don’t remember ! A million thanks to @mrgwilymlee Bri

A post shared by Brian Harold May (@brianmayforreal) on

 

Disponibles pour l’équipe sur le tournage, les deux anciens membres de Queen, Brian May (guitariste) et Roger Taylor (batteur) ont revêtu le rôle de consultant sur l’intégralité de l’oeuvre. Ils étaient présents pour donner conseils, anecdotes et autres petits coups de pouce aux acteurs. Un soucis du détail que l’on apprécie fortement et qui permet une reconstitutions des plus fidèles: les regards graves de Brian May, la grimace obsessionnelle de Roger Taylor, le tic de Freddie Mercury avec sa lèvre supérieur ou le jeu de jambes de John Deacon, gestuelles, mimiques et phrases cultes ont leurs places intégrantes dans le scénario.

L’histoire parfois modifiée sur quelques points pour les besoins du film (surtout au niveau de la chronologie), n’entache en rien l’esprit Queen. Les personnages sont alors des plus authentiques. Pour ceux qui souhaite par ailleurs connaître les différences entre la réalité et la fiction, Flicks and the City ont réalisé une petite vidéo résumant les plus grands arrangements du film que vous pouvez visualiser juste ICI.

John Deacon ayant définitivement quitté Queen après la chanson hommage à Freddie Mercury No One But You (Only The Good Die Young) en 97, n’a pas désiré participer au projet.

La performance épatante de Rami Malek (récompensée aux Golden Globes)

Que ce soit dans la façon de se déplacer sur scène, de parler ou tout simplement de nous émouvoir, Rami Malek est Freddie Mercury. C’est après avoir passer des mois de recherches et à s’entraîner avec une coach de geste et de chant que l’acteur a pu revêtir avec autant d’aisance le costume de Freddie.

Pour l’apparence, une prothèse sur le nez et quelques fausses dents et le tour est joué ! Le chanteur étant très gêné par sa dentition essayait en permanence de cacher son originalité avec sa lèvre supérieur. L’acteur c’est alors amusé à jouer avec ce petit tic durant de nombreuses scènes.

2h13 de chansons cultes… et moins cultes

queen-banda-bohemian.jpg
© Twentieth Century Fox

Tout au long du film vous revivez les plus grands titres du groupe de We Will Rock You à Killer Queen en passant bien sûr par l’incontournable Bohemian Rhapsody. Impossible alors de se retenir de chanter et la nostalgie nous gagne. C’est également l’occasion de découvrir des titres moins connus des non fans tels que la douce Love Of My Life ou l’improbable I’m In Love With My Car. On regrettera le coupage au montage de ’39, également absente des bonus DVD.

Un casting sur mesure

cast.jpg

Il n’y a que nous qui trouvons qu’ils avaient la tête de l’emploi ?

Une perruque, un peu de maquillage et le tour est joué.

ok freddie
Freddie Mercury // Rami Malek  – ©DR //Twentieth Century Fox

 

ok brian
Brian May // Gwilym Lee – ©DR // Twentieth Century Fox
ok roger
Roger Taylor // Ben Hardy – ©DR // Twentieth Century Fox
ok john
John Deacon // Joe Mazzello – ©DR // Twentieth Century Fox

Le détail (sans doute un hasard) va jusqu’à respecter la taille des garçons avec un Brian May beaucoup plus imposant que ses camarades du haut de ses 1m88. Étonnamment, il s’avère que c’est également la taille de son interprète Gwilym Lee. Quand à Joe Mazzello, il avoue lors d’une interview promo qu’on lui avait déjà fait remarquer à de nombreuses reprises sa ressemblance avec le bassiste légendaire. Il ne pouvait donc pas manquer l’occasion de rejoindre le biopic.

Quand Freddie rencontre Smile

screen-shot-2018-07-17-at-9.01.41-am-1.png
© Twentieth Century Fox

« La chance sourit aux audacieux. » une phrase qui décrit parfaitement Queen et tout particulièrement son leader Freddie Mercury alors qu’il essaie de convaincre Brian May et Roger Taylor de le laisser rejoindre leur groupe. Cette scène bien qu’arrangée pour le cinéma signe sur écran la rencontre du trio avant l’arrivée de John Deacon à la basse de façon assez drôle et iconique. La formation s’appelait encore alors « Smile » (= « sourire » en français) et Roger (initialement dentiste) envoie alors balader Freddie en se moquant de sa dentition. C’est pourtant grâce à elle comme il leur explique et en fait la démonstration qu’il possède une amplitude vocale aussi exceptionnelle.
Difficile alors de dire qui de Smile ou de nous reste le plus bouche bée entre le talent de Freddie ou celui de Rami dans cette scène culottée. Ce qui est certain, c’est que les deux nous ont convaincu.

Un film poignant qui n’oublie pas d’être drôle

L’émotion est forcément au rendez-vous quand on connait le tournant de l’histoire et les épreuves que Freddie Mercury a du traverser. Rajouter à cela des chansons poignantes remises dans leur contexte (et traduites en français à travers des sous-titres toujours utiles pour les non anglophones), on aurait peine à croire que le film puisse être drôle. Pourtant certaines scènes nous font sourire par ses dialogues ou le comique de la situation. Queen est un groupe qui aimait s’amuser et qui n’avait pas sa langue dans sa poche. Un autre point que le film à respecter à la lettre pour notre plus grand plaisir.

Un film respectueux de Freddie Mercurry

rami.jpg
© Twentieth Century Fox

Alors que certains se plaignent d’une version trop lisse de la vie de Freddie Mercury, on saluera le respect de l’oeuvre envers l’artiste. En effet, dans la réalité l’artiste ne dévoila sa maladie que la veille de sa mort dans un communiqué de presse, les autres membres ignorant également la maladie de leur ami. Freddie Mercury ne souhaitez tout simplement pas faire parler de lui pour son état de santé et préférait attirer les regards simplement sur son art. Si le film nous fait alors croire que l’annonce est faite au groupe en 85 pour un souci de pratique, le message est clair : le chanteur souhaite qu’on fasse comme si de rien n’était pour le bien de la musique. L’oeuvre ne donc passe pas l’éponge sur la dureté des épreuves traversées et la souffrance liée mais respecte ce souhait en mettant un point d’honneur a toujours faire passer l’artiste avant l’homme. Le biopic se finit ainsi sur un moment de gloire et de joie du groupe avec un Freddie Mercury rayonnant et victorieux. Comme il le chantait alors : The show must go on (le spectacle doit continuer).

La reproduction du concert au Live Aid dans ses moindres détails

Si l’intégralité du show a été enregistrée et sera présent dans les bonus du DVD, au cinéma nous vivons tout de même une très belle reconstitution du set original. De nombreuses vidéos sur Youtube permettent de comparer l’original au film et les ressemblances sont troublantes. Rami Malek reproduit avec quazi exactitude les moindres faits et gestes de la star.

Difficile de suivre le rythme du showman alors afin de tenir la distance, l’acteur a une idée : enregistrer les morceaux en une prise. Il a ainsi remarqué qu’avec l’adrénaline grandissante il était plus facile de suivre le rythme de l’artiste et de se mettre dans sa peau.

Le clin d’œil à Mike Myers dans Wayne’s World par Mike Myers

emi.jpg
© Twentieth Century Fox

Et oui le big boss d’EMI disant que Bohemian Rhapsody ne serait jamais un hit, c’est lui, Mike Myers, le même jeune rockeur qui secouait alors la tête au rythme de cette chanson dans la scène culte de Wayne’s World.

Mary Austin, le véritable amour de sa vie, retrouve sa place d’honneur

df-26946_r.jpg
© Twentieth Century Fox

L’homosexualité de Freddie Mercury, un sujet qui revient perpétuellement quand on parle de la vie privée de l’artiste mais comment oublier Mary Austin ? Toujours à ses côtés malgré les épreuves, Mary Austin aura été le seul véritable amour du chanteur qui n’arrivera jamais à l’effacer de sa vie. Il lui a ainsi écrit une déclaration déchirante et troublante avec la chanson Love Of My Life. Un amour complexe et différent mais fort puissant que les deux acteurs jouent avec une grande justesse.

Celle qui considérait comme son unique amie est également la seule à qui il révéla en réalité sa maladie en 87. Il lui confia la tâche de rependre ses cendres dans un endroit dont personne n’aura jamais connu l’emplacement, ni même à ses propres parents.

Une vraie bande de potes fans de Queen

quuen.jpg
Intagram @ joe_mazzello

Si ça colle aussi bien à l’écran entre les membres de Queen c’est peut-être aussi car l’amitié entre les acteurs n’est pas qu’une histoire de cinéma. Alors que Gwylim nous révèle fréquemment le behind the scene avec la découverte de costumes ou de sessions de répèt’, Joe devient quant à lui le nouveau roi d’Instagram en pleine tournée de promo. Il partage avec nous vidéos et photos drôles des retrouvailles occasionnelles et des aventures de cardboard Ben (une silhouette en carton à l’effigie de son partenaire à l’écran et qu’il emmène partout avec lui, même en voyage).

Accents très british et répliques déjà cultes

maxresdefault.jpg
© Twentieth Century Fox

Voir le film c’est bien, le voir en VO c’est mieux. On ne vous apprend rien.
Avec Bohemian Rhapsody, le recette ne prendra que davantage. Les garçons auront expliqué à plusieurs reprises en interview que leur accent britannique était la condition principale de leur sélection. Quand on entend les répliques déjà cultes du film avec l’accent so british et la bonne intonation, on comprend mieux l’exigence. Comment s’imaginer autrement les « How many more Galileo’s do you want? », « You look like an angry lizard. » et autres « Well then you’re going to need someone new. »

Des tubes mis en contexte par le cinéma

Alors que l’ordre d’écriture diffère parfois de la réalité pour les besoins du scénario, on aimera les introductions aux chansons faites de façon réfléchie. Ainsi l’échauffée entre Freddie et Roger permettre à John de nous balancer les premières notes de basse de Another One Bites The Dust (un autre mord la poussière). Les claquements de mains et de pieds de We Will Rock You (on va te secouer) viennent quant à eux donner un coup de pression supplémentaire lors du remontage de bretelle de Freddie pour son manque de ponctualité et de coopération.

On peut également entendre un bref passage de Lazing On A Sunday Afternoon (Paresser un dimanche après-midi) lors du repas de famille dont Freddie essaie de se désister. Titre qui paraîtra plus tard sur l’opus A Night At The Opera, enregistré en pleine campagne aux Rockfield Studios.

La découverte du sosie vocale de Freddie Mercury : Marc Martel

Il y a quelques années Roger Taylor découvre les similarités entre la voix de Marc Martel et Freddie Mercrury. Le chanteur travaille alors sa voix davantage pour qu’elle se rapproche encore plus de celle de son idole et commence un projet musicale en 2012 répondant au nom de Queen Extravaganza. Marc Martel prend ensuite part au projet de Bohemian Rhapsody en prêtant sa voix à Rami Malek pour quelques scènes du film comme les scènes à cappella, aux pianos et quelques live.

Queen + Adam Lambert seront en tournée à travers les USA tout l’été afin de vous faire revivre les plus gros succès du groupe légendaire.

Legends never die.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s