Nightwish, fabuleux conteurs d’histoire magiques hors du temps nous relatent une nouvelle fois une puissante épopée musicale avec Human. :II: Nature. L’oeuvre scindée en 2 parties, une chantée et une bande sonore avec orchestre symphonique, nous emmène au cœur d’une forêt enchantée. Le thème central de cet opus comme vous l’aurez sans doute compris est donc la nature. Il nous offre ainsi une escapade psychique rafraîchissante pendant cette période de confinement imposé.

S’inspirant grandement des musiques de films et l’Histoire, Tuomas Holopainen claviériste et principal auteur-compositeur de Nightwish, ouvre une fenêtre sur les grands espaces et la mythologie avec Human. :II: Nature. Si un vent scandinave souffle sur l’album, le groupe étend sa magie sur des pistes plus celtiques avec Harvest et How’s The Heart alors que Pan s’attaque au mythe grec. Cette première partie très axée sur les paroles est encadrée d’une douce mélodie gagnant intelligemment en puissance au moment opportun: piano, envolée lyrique, harmonies, tambours…. Cet effet kiss cool vient nous frapper en plein cœur donnant l’impression d’être plongés au milieu d’une scène de bataille d’un film de légende.

L’entrée dans ce monde féerique se fait sur Music. Tumoas décrit cette chanson lors d’un Q&A sur Youtube comme étant le plus grand challenge de composition de l’album. Il avoue avoir voulu offrir une plus grande variété des genres à ce titre retraçant l’histoire de la musique avant d’avoir été confronté aux difficultés de la postproduction. Finalement plus épurée, cette version offre une belle immersion au cœur de la nature évoluant des sons tribaux à des sons plus modernes, presque irréels. Music laisse sa place à Noise, premier single issu de l’album. A l’image de la fin de son clip dévoilant un paysage de toute beauté, Human. :II: Nature nous délivre un message plein d’espoir, de douces promesses et de joies simples; un voyage en terre inconnue et mystérieuse, la nôtre. C’est sur le 2ème disque que Nightwish fait surtout appel à son compagnon de longue route : l’orchestre symphonique. Non indépendante du premier acte de cette histoire, ne pouvant être contenue intégralement sur un seul même CD, cette partie entièrement symphonique semble donc laisser la parole à la nature alors que l’homme se retire pour la contempler.

Nos coups de cœur:

Shoemaker offre une véritable envolée lyrique saisissante, tout comme Procession. Floor Jansen nous apparaît comme une héroïne tragique en pleine complainte. How’s The Heart nous délivre une performance vocale tout aussi impressionnante et d’une extrême douceur avec un petit vent de fraîcheur celtique.

Attention à Pan qui offre un très très gros son pour les amateurs de bon gros métal symphonique. Les harmonies ajoutent à ce titre une puissance décuplée.


Nightwish signent encore une fois un album enchanteur qui vous plonge dans un univers de douceur, la bande son d’un film épique, le nôtre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s