Il est bien loin le temps des petites salles, quand écouter Panic! At The Disco faisait de toi le petit emo sympa du quartier. Aujourd’hui la foule prend un coup de jeune et a gagné de nouveaux fidèles. Ce public tout neuf on le doit sans doute au retour du groupe sur nos ondes ainsi qu’au virage plus Pop du dernier album.

Brendon Urie seul rescapé de la formation originale aura su porter son groupe à bout de bras toutes ces années pour créer la légende que l’on connait tous désormais. Avoir de grandes espérances, ça n’a jamais fait peur au leader charismatique. Aujourd’hui, c’est avec beaucoup de classe qu’il gravit cette montagne de succès à l’image de leur clip, High Hopes. Panic! At The Disco s’offre ainsi un tour à la hauteur en s’arrêtant au Zénith de Paris qu’on aura rarement vu aussi plein à craquer. Les barrières du pit photo tombent et la foule se serre à son maximum pour accueillir un show épatant : écrans géants avec animations et thématiques différentes pour chaque chanson, avancée de scène et confettis étincelants ajoutent au grandiose.

(Fuck A) Silver Lining donne le go de cette très longue soirée. C’est un show de 28 chansons qui nous attend ce soir entre nostalgie puissante et fierté non dissimulé des fans (nous compris). Hey Look Ma, They Made it.

Les nouvelles recrues Mike Naran (guitare) et Nicole Row (basse) gravissent également le sommet sans une égratignure. On avoue ne pas résister bien longtemps au jeu de basse de Nicole et à sa cool attitude qu’on jalouse secrètement.

IMG_2568-3

Ready to Go (Get Me Out of My Mind) signe notre premier petit coup de nostalgie et que c’est bon ! Autres madeleines de Proust emo avec The Ballad Of Mona Lisa et Nine In The Afternoon. Nous sommes heureux de retrouver en live deux anciennes pépites qui continuent toujours de briller : la sensuelle Casual Affair et la survitaminé Crazy = Genius. Cette envie irrémédiable de danser, elle est toujours présente dans la plus latino Roaring 20s, notre dernier coup de cœur. Tout aussi efficace et dans la même lignée, Dancing’s Not a Crime nous séduit bien facilement. Si nous étions peu convaincus du dernier opus chez Above The Noise, le live de ses chansons rendent tout à fait justice à la grandeur du groupe : rayonnantes, puissantes, en dehors des codes (les frontières du Rock sont dépassées depuis un beau moment), elles permettent plus que jamais à Brendon Urie de donner de la voix et de montrer ce dont il est capable. L’étoile Urie est plus brillante que jamais.

Le nouveau greatest showman, nous l’avons sous nos yeux. Ça tombe plutôt bien car ce soir on part quelques instants au cirque pour revivre la cover de The Greatest Show. S’attaquer à un des films les plus ambitieux de 2018, cela ne suffisait pas à Panic! Le groupe à donc décider de continuer leur rituel de longue date en se frottant encore une fois au plus grand tube Rock de tous les temps : Bohemian Rhapsody de Queen. Derrière reprise de la soirée pour I Can’t Make You Love Me de Mike Reid, une ancienne chanson ayant une grande place dans le cœur et le passé de Brendon Urie.

Le moment sans doute le plus émouvant de la soirée sera sur Girls/Girls/Boys. Les drapeaux LGBT volent sur scène n’en déplaise au bon déroulement du jeu de scène, Brendon s’amuse à tous les ramasser pour s’en faire un manteau bien lourd et coloré. Recouvert de tout cet amour et de la reconnaissance de ses fans, le chanteur sera bientôt noyé sous cette masse de tissu.

Comment dire au revoir sans reprendre leur premier titre culte I Write Sins Not Tragedies ? Elle sera cependant suivie d’un dernier cri de victoire annonçant une dernière fois la grandeur de Panic! At The Disco : Victorious.

Le show époustouflant laisse derrière lui une douce lumière colorée et dansante qu’on garde précieusement au fond de nos cœurs jusqu’au retour de ces showmen et woman. Me, la toute nouvelle collaboration de Brendon Urie avec la pétillante Taylor Swift permet cependant de nous délivrer sans ordonnance une dose de bon-humeur en avance. Bon visionnage !

IMG_2925-2-3.jpgSetlist

(Fuck A) Silver Lining
Don’t Threaten Me With a Good Time
Ready to Go (Get Me Out of My Mind)
Hey Look Ma, I Made It
LA Devotee
Hallelujah
Crazy=Genius
The Ballad of Mona Lisa
Nine in the Afternoon
One of the Drunks
Casual Affair
Vegas Lights
Dancing’s Not a Crime
This Is Gospel
Death of a Bachelor
I Can’t Make You Love Me (Mike Reid cover)
Dying in LA
The Greatest Show (cover)
Girls/Girls/Boys
King of the Clouds
High Hopes
Miss Jackson
Roaring 20s
Bohemian Rhapsody (Queen cover)
Emperor’s New Clothes

Rappel:
Say Amen (Saturday Night)
I Write Sins Not Tragedies
Victorious

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s