Le dernier jour de cette édition 2016 de Rock en Seine était riche en émotions et en artistes de talent. Retour sur les sets de Sum 41 et CHVRCHES !

Alors que la pluie a failli menacer le dernier jour du festival, c’est sous une chaleur agréable qu’ouvrent les portes de Rock en Seine. Une invitation à passer une bonne journée est lancée par Blues Pills (à 14h45). Ils nous poussent vers les premiers stands de bière (ou de jus de fruits pour les plus raisonnables) et on se laisse bercer par la voix suave de la rockeuse. En ce jour, on retrouve à l’affiche des artistes comme Iggy Pop, Editors, Ghinzu et Foals qui clôture en beauté les festivités.

Above The Noise a craqué pour deux concerts aux ambiances radicalement différentes avec SUM 41 et CHVRCHES!

derjzLe groupe arrive sur scène après une intro décapante mêlant la BO d’Excalibur et la musique endiablée de James Brown.

Une setlist complète.
Le groupe commence par The Hell Song et enchaîne les tubes comme Underclass Hero, We’re All To Blame et Walking Disaster. On retrouve également les ravissants slows With Me et Pieces ainsi que des morceaux du nouvel album avec Fake My Own Death et l’émouvant War.

Le groupe n’a pas perdu de sa vivacité et de son talent.
Le solo de guitare sur Grab the Devil by the Horns and Fuck Him Up the Ass est impressionnant. On arrête plus les pogos! Nous passons du 25ème rang en début de concert pour finir au 2ème rang, c’est pour dire!

Badboy mais pas tant que ça.
Deryck
incite la foule à continuer de plus belle et à lever notre plus beau « fuck you » dans les airs pour entamer Fake My Own Death. Malgré son esprit punk rebel, Sum 41 nous montre largement son affection allant jusqu’à déclarer : « Nous avons besoin de vous, et vous, avez-vous besoin de nous? ».

Et les covers?
Alors que le chanteur confie avoir fait ses premiers pas à la guitare sur Smoke on the Water, c’est We Will Rock You que le groupe nous réinterprète sur scène !

Des adieux en beauté.
Le set se termine en laissant une forte impression avec le fameux Still Waiting, In Too Deep et Fat Lip.

Une setlist qui résonne comme un véritable best of et qui rend grandement justice à un groupe qui a su reprendre du poil de la bête. Le punk n’est pas mort! Douce nostalgie que de redécouvrir ces anciens morceaux sur scène avec une vitalité inchangée. Difficile de s’imaginer qu’il n’y a pas si longtemps, Deryck Whebley lutait pour survivre. Sum 41 fait un boulot toujours propre et véhicule une splendide énergie rock.

Les gars ont annoncé qu’ils reviendraient très rapidement en France! Affaire à suivre…

Setlist 

IntroP8280051.JPG
The Hell Song
Over My Head (Better Off Dead)
Fake My Own Death
Underclass Hero
With Me
Motivation
Grab the Devil by the Horns and Fuck Him Up the Ass
We’re All to Blame
Walking Disaster
Pieces
We Will Rock You
Still Waiting
In Too Deep
Fat Lip

 

 

 

 

chu.JPG

Pas de grande scène pour CHVRCHES mais le public est au rendez-vous alors que le groupe partage son créneau horaire avec la bête de scène Iggy Pop. La chanteuse,  Lauren Mayberry, blaguera par ailleurs à ce sujet en déclarant que si on souhaiter voir Iggy ce n’était pas le bon stage. Le show commence sur Never Ending Circles et la partie est lancée.

Une voix douce pour un déhanché endiablé.
A entendre CHVRCHES, on s’imagine un petit bout de femme calme et discret. Pourtant Lauren se déchaîne sur scène au rythme pop-électro de We Sink, Keep You On My Side et de Make Them Gold.

Le morceau tant attendu.
La chanson que l’on attendrait impatiemment de découvrir sur scène, notre coup de cœur d’Every Open Eye, c’est Empty Threat ! Il nous aura fallu attendre à peine un quart d’heure pour que notre souhait soit réalisé. Pour l’occasion, la ravissante Lauren passe derrière la batterie électronique et fait son chaud.

Martin Doherty dans la lumière.
La chanteuse passe au fond de la scène pour laisser le micro à son acolyte Martin le temps de High Enough to Carry You Over et d’Under the Tide.

Chansons populaires.
Le groupe nous interprète Leave a Race, titre diffusé depuis quelques semaines en radio, ainsi que son dernier titre, Bury It, initialement chanté en duo avec Hayley Williams (ndrl chanteuse de Paramore).

Une ambiance dansante et planante.
Le set se termine sur Clearest Blue et The Mother We Share, nous faisant ainsi rentrée dans la danse de ce début de soirée orchestrée par Foals.

De l’énergie punk rock à l’enchantement électropop il n’y qu’un pas, ou plutôt qu’une scène. Avec ces deux concerts nous avons passé de la passion punk, éreintante mais jouissive, au calme planant et apaisant de l’électro. C’est un voyage entier dans l’univers rock que nous a offert ce weekend le festival Rock en Seine !

SetlistOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Never Ending Circles
We Sink
Keep You on My Side
Make Them Gold
Empty Threat
Gun
High Enough to Carry You Over
Under the Tide
Recover
Bury It
Leave a Trace
Clearest Blue
The Mother We Share

 

 

 

Un commentaire sur « Live Report : Un dimanche à Rock en Seine (Photos) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s